J’ai visité Versailles

14 février 2012

La semaine dernière, j’ai visité Versailles. Je savais que ma douleur serait grande, mais je savais aussi que j’allais au devant de belles surprises.

En premier lieu, il y a cette nouvelle organisation des lieux. Je ne savais pas à quel point les goûts douteux du dernier directeur en date pouvaient avoir eu une telle influence sur ma maison. Tout n’est aujourd’hui que dorures clinquantes, là où j’avais créé tant de beauté subtile… On dirait presque que c’est Monsieur mon frère le Duc d’Orléans qui a dirigé les travaux !

A l’intérieur, en revanche, on reconnaît bien les appartements tels que mon fils Louis le Seizième les a laissés. De grands efforts ont été faits pour retrouver le mobilier qui fut éparpillé lors des tragiques événements de la fin du XVIIIème siècle. Dans la bibliothèque si bien aménagée par Louis XVI, le mobilier est tout entier revenu. Même la grande table, dont le plateau est fait d’un seul tenant d’acajou, orne de nouveau la pièce.

Comme j’étais méconnaissable, déguisé en homme de votre siècle, j’ai pu me délecter des commentaires d’une guide très cultivée, intéressante, qui connaît très bien les lieux. Sans le vouloir, elle m’a plongé dans de doux souvenirs, et j’ai bien eu de mal à ne pas me révéler. Quelques larmes me sont montées lorsqu’elle évoqua Couperin en montrant aux visiteurs ébahis les orgues sur lesquels il produisait cette musique enviée de tout l’univers, la musique de ma chapelle. Je me souviens avec tant de délectation de ces élévations spirituelles…

J’ai tant aimé ma maison. J’ai tant aimé ses jardins. J’ai tant aimé me promener de bosquet en fontaine, et accueillir tout un chacun dans la grande galerie des glaces. Saviez-vous que tout gentilhomme pouvait m’y croiser ? Il suffisait de porter épée et chapeau, et d’être bien tenu. Aujourd’hui, j’entends dire que celui qui usurpe le pouvoir en France est beaucoup plus difficile d’accès que je ne le fus jamais…

Je reviendrai à Versailles.

Previous post:

Next post: